Ваш браузер устарел. Рекомендуем обновить его до последней версии.

19/01/2016

 

Ici un acheteur est vendeur et caissier à soi-même

 

Le rayon est marqué «libre-service»

 

Un entrepreneur de Khakassie s'est décidé à une expérience inhabituelle. Dans un des villages il a ouvert une boutique dans laquelle il n'y a aucun vendeur. Les clients choisissent leurs marchandises et mettent l'argent dans une boîte spéciale. Ce n'est même pas un magasin, mais plutôt un rayon de pain. Une dizaine d'articles sont entièrement en libre-service.

 

Avant cela, le propriétaire d'une boulangerie dans le village khakassien Tachtyp livrait les marchandises aux magasins pour la vente. Le coût d'une miche de pain augmentait une fois et demie. Alors, Alexandre  Isakov a décidé de vendre le pain de lui-même. Afin d’éviter l'augmentation des frais, il se passe de vendeurs et caissiers.

 

«Tout d'abord, la confiance est psychologiquement agréable aux gens. Ils disent, ce magasin est un test de la conscience» , dit Alexandre  Isakov.

 

Dans un premier temps les villageois regardaient la boutique inhabituelle avec circonspection. Mais maintenant, le magasin abonde d'acheteurs.

 

«En fait, c'était quelque peu surprenant pour notre lieu.  Ces derniers temps, les gens sont de telle sorte que se confier à quelqu'un peut faire peur. Mais à son tour, un très bon processus éducatif fonctionne, car il n'y a eu aucune plainte que quelqu'un eût agi de mauvaise foi» , dit Ivan Сhulbaev, habitant du village.

 

Tout est simple: prendre le pain et mettre l'argent dans une boîte spéciale. Si des fois vous ne disposez pas  de petite monnaie, ou avez-vous des difficultés financières temporaires - il suffit de laisser une note: je suis un tel, j'ai pris les marchandises, par exemple, pour quarante roubles. Je vais rembourser plus tard. L'idée principale ici est la confiance.


Selon les observations de l'entrepreneur,  99% des habitants du village se sont montrés honnêtes. Les reçus font la preuve. Alexandre  Isakov en a toute une collection.

 

«Désolés, nous avons pris le pain à crédit, rembourserons début septembre. Macha»  - a lu un reçu Alexandre  Isakov.

 

Son occupation principale est la gravure sur bois. L'entreprise de pain n'est qu'un revenu supplémentaire. Par conséquent, le propriétaire de la boutique honnête ne cherche pas de profits rapides et même ne compte pas les recettes tous les jours.

 

«Deux ou trois jours passés, l'argent est accumulé, je le mets en pochette, porte à domicile. Chez moi je le compte, fais le bilan» , - raconte Alexandre  Isakov.

 

Seulement de temps en temps, quand le compte n'y est pas gravement, l'entrepreneur regarde des images de caméra de surveillance.

 

Cette année, Alexandre  Isakov a décidé d'étendre la géographie de son expérience. Dans un proche avenir il va ouvrir deux magasins pareils dans les villages voisins.

 

 

Source Pervy canal (Première chaîne)

 

Traduit par Olga (TdR)